Réflexions

Noël à Alep - Décembre 2016

Il y a des Noël qui resteront à jamais gravés dans votre mémoire. Ce Noël à Alep en fera partie.
Elue conseillère consulaire au Liban et en Syrie, je me rends auprès de notre communauté en Syrie chaque mois afin de les rencontrer, écouter et surtout remplir ma mission d'élue qui prend ici toute son importance puisque depuis 2011, date de la rupture diplomatique, le consulat est fermé. Travail que je mène en étroite collaboration avec notre député Alain Marsaud.
Damas, Soueida, Lataquié, Tartous, Marmarita sont des villes que j'ai visitées à la rencontre des compatriotes et si j'étais en contact avec ceux d'Alep par téléphone ou mail, je n'y avais évidemment jamais été à cause de la guerre.
Mon engagement personnel à l'égard des Chrétiens d'Orient a naturellement clos mon profonde envie de passer Noël à Alep.
Mon collègue Laurent Rigaud des Emirats Arabes Unis, dès la connaissance de ce voyage, m'a informé d'un don de jouets du magasin Simba à Dubai pour les enfants d'Alep. Grâce à des libanais venant passer Noël au Liban, je récupérais valises et cartons pour mon départ en Syrie.
Aller à Alep n'est pas simple...la route est évidemment coupée et après Homs, nous bifurquons sur des routes de campagne entrecoupées de nombreux check-points. Mon passeport libanais m'autorise à circuler librement en Syrie, ce qui est beaucoup moins évident pour les français.
Après 7 heures de route, j'arrive à Alep.
Il fait froid et le ciel triste, blanc n'arrange pas le spectacle chaotique qui m'attend... Alep est par terre... les mots ne sortent plus, je filme en silence.
J'ai choisi de passer Noël à Alep là où il y a la guerre, là où il fait froid car l'électricité se fait rare, là où les hommes sont déprimés, fatigués car ils sortent de 5 ans de guerre et même si Alep est libéré... les bruits réguliers des canons, mitraillettes et autres armes de guerre nous rappellent la fragilité de la paix.
J'ai été à la messe du 24 décembre à l'Eglise St Georges, l'une des plus grandes Basiliques de la région célébrée par Monseigneur Jeanbart, l'infatigable Archevêque qui n'a cessé depuis le début de la guerre de parcourir l'Occident pour rétablir les vérités suite aux mensonges et désinformations des faits réels à Alep.
L'Eglise est pleine de fidèles chrétiens et comme il l'écrira lui-même, il ne choisira pas de parler de leur malheur mais d'Espérance. Cette Basilique fût illuminée comme elle ne l'a jamais été depuis 5 ans où les cloches ont sonné ce soir-là comme jamais !
La messe du 25 décembre fut extrêmement émouvante : 1ère messe célébrée à l'Eglise maronite St-Elie depuis sa destruction par les islamistes. L'Evêque maronite Tobji célèbre une messe également d'Espérance et de Paix malgré les décombres de son Eglise et l'émotion fût grande quand il déposa l'Enfant Jésus au cœur de la crèche installée sur les débris. J'ai ressenti lors de ces 2 messes à quel point les Chrétiens d'Orient ont porté au monde le message Evangélique et que nous, Occidentaux avons un devoir capital envers nos frères Orientaux afin qu'ils ne disparaissent pas ... notre sort en est tout simplement lié.
L'après-midi de Noël fut consacrée aux distributions de jouets pour les enfants : tout d'abord chez les sœurs carmélites majoritairement françaises (3 sont même de ma région Pays de La Loire... j'ai même profité pour renouveler des cartes consulaires pour les sœurs... ) puis à l'Eglise latine. Les enfants sont émerveillés... je suis très touchée et émue. Merci encore Laurent Rigaud, quand la solidarité fonctionne entre élus, cela donne de belles actions sur nos territoires au profit de nos compatriotes et citoyens en détresse de nos pays.
Mon séjour me permit de rencontrer mes compatriotes ainsi que des syriens francophones ayant travaillé au Consulat Général ou au Centre culturel mais aussi les directeurs du Lycée français d'Alep qui continuent de scolariser des enfants français grâce au CNED.
Des binationaux mais aussi des expatriés vivent à Alep : un choix courageux et respectable : comme Pierre, Alexandre... des français ont décidé de faire le « contre Jihad » et de semer l'amour et l'espérance pour reprendre leurs mots en contradiction avec les français si médiatisés partir faire le Jihad en Syrie... ceux-là symboles de ténèbres. Si depuis près de 18 mois, je remplis mon devoir d'élue consulaire auprès des compatriotes en Syrie sans me mêler de politique syrienne, je ne peux m'empêcher de rétablir certaines vérités concernant Alep :
A l'unanimité des Aleppins questionnés, Alep n'est qu'un : les notions d'Est et Ouest sont « fabriqués » par nos médias pour crédibiliser le « fameux » maire d'Alep Est inventé par nos médias et honteusement reçu officiellement par notre gouvernement.
J'ai sillonné la ville... j'ai constaté le décalage et la réalité.
Alep n'est qu'un. La souffrance est partout. Les bombes n'ont épargné personne.
Cette ville que je ne connaissais pas avant ce séjour ressemble aujourd'hui à une ville fantôme mais miraculeusement les cafés se remplissent de nouveau ... internet pointe son nez avec l'approche espéré du retour de l'ADSL ... le contraste se fait ressentir entre le spectacle horrifiant des quartiers entiers par terre et la jeunesse remplissant les cafés enfumés où la musique camoufle les bruits de canon...
La Syrie est un pays laïque. Profondément laïque. La guerre n'aura pas mis fin à cette exception régionale si peu connue en Occident car elle est profonde et ancienne chez les syriens. La Syrie est un des pays les plus favorables à la liberté religieuse : c'est une donnée qu'il faut prendre en compte : les autorités religieuses chrétiennes pouvaient construire autant d'églises qu'ils voulaient, l'eau et l'électricité sont offertes par l'Etat pour les mosquées comme pour les églises.
Noël à Alep aura été un Noël fort, émouvant, riche ayant donné un sens à mon engagement auprès et pour mes compatriotes vivant à l'étranger comme moi...
Mais aussi pour et auprès des Chrétiens d'Orient, combat que je mène depuis longtemps...
Je termine en rappelant le projet, aidé par mon collègue Laurent Rigaud pour aider Sœur Lydia à financer ses livres de français dans son école à Marmarita située dans la Vallée des Chrétiens en Syrie, région occupée 2 ans par Daesh.
Merci d'avance pour votre contribution qui correspond à une aide pragmatique aux compatriotes, à la francophonie et aux chrétiens d'Orient.

Kurdistan - Septembre 2016

Dimanche 11 septembre, j'embarque à Beyrouth pour Erbil.
Pour le commun des mortels, le Kurdistan est une zone géographique peu connue tandis que l'Irak est symbole de guerre. Sans le vouloir, je pars dans un des pays qui fait peur, choisissant une date qui aura changé le cours de l'histoire du monde. Les jeux vicieux et méconnus des Etats du monde s'y sont faits connaître.
Les peuples ont après coup perdu leur virginité et se sont réveillés.
Malheureusement, pour les dirigeants du monde entier, la douche est froide... dur, dur de leur faire avaler n'importe quoi après cet abominable triple attentat et tous ceux qui ont suivi!
Car si l'Occident était à peu près tranquille, depuis 2011, l'Orient s'est invité en Occident.
Et c'est pourquoi, élue de terrain que je suis sur cette zone, je suis passionnée par mon travail et les rencontres que je peux faire et l'intérêt que je peux apporter à ma famille politique.
En plus de mon rôle d'élue, je suis engagée auprès des chrétiens d'Orient. Cet engagement n'est pas communautaire même si je suis de confession chrétienne.
En effet, comme me disait l'évêque latin de Syrie Georges Abou Khazen : « la présence des Chrétiens en Orient est une mission. »
Parce que ce sont bien les responsables politiques dans le monde qui font, défont sans trop se soucier des peuples qui souffrent, se déplacent, meurent, se réfugient, reviennent, reconstruisent et ainsi de suite!
Alors sur ce sujet, NON! LIGNE ROUGE! Car il en va de notre origine à tous... car notre existence repose sur nos racines et je rappelle que nos racines chrétiennes sont d'Orient et que nous ne pouvons rester indifférents à l'exode de masse de nos frères chrétiens vers l'Occident.
Ainsi, naturellement, je m'engage grâce à l'enthousiasme de jeunes français actifs au Liban au sein de l'association SOS CHRÉTIENS D'ORIENT.
Dans ce cadre, je participe à l'Assemblée Nationale à de nombreuses réunions dont l'audition de Père Patrick Desbois sur le sort d'une minorité beaucoup moins médiatique et pourtant victime d'un génocide en Irak ; les Yézidis.
Cette audition me choque, même si je reste ferme sur ma position d'élue de terrain : je suis contre la politique de réfugiés menée par l'Europe, l'Allemagne en tête. Nous aurions dû privilégier une politique de déplacés sur les pays atteints par l'Etat islamique. Notre politique étrangère a été calamiteuse et nous avons ouvert sans aucune réflexion nos frontières.
La solidarité est évidemment une valeur phare de notre tendre mère patrie mais cela fait longtemps que notre maman s'est faite relayée par des nourrices qui ne partagent plus nos valeurs républicaines.
Revenons à mon voyage au Kurdistan.
Je suis heureuse de retrouver la maison de l'association à Ankawa ; de nouveaux volontaires y sont présents. Je suis admirative de ces jeunes qui décident de mettre entre parenthèses leur vie personnelle pour s'engager dans cette région jusqu'alors inconnue pour eux tant sur les plans géographique que politique. Leur séjour leur ouvrira leur esprit civique et humain mieux que quiconque et cette expérience restera marquée à jamais dans leur vie.
Mon déplacement a trois objectifs :
-rencontrer la communauté française et faire la connaissance de Mr Mas, le nouveau Consul Général ;
-mon engagement dans les camps chrétiens d'Ankawa ainsi que Yézidis ;
-rencontrer des chefs militaires Peshmergas sur le front afin d'évoquer la situation de la ville de Mossoul.
La communauté française au Kurdistan est jeune. Peu d'entreprises y sont implantées compte tenu de l'instabilité du terrain.
Nos entreprises, déjà en difficulté en métropole, évitent de prendre des risques sur des zones à risque comme le Kurdistan - on peut le comprendre.
Cependant, un bel exemple : Carrefour ouvre son 3ème magasin!
Beaucoup de demandes de visas pour la France...
L'Institut Français est dirigé par le dynamique Jany Bourdais et travaille directement en collaboration avec Bagdad.
Je suis heureuse de retrouver les compatriotes que j'avais eu le plaisir de voir déjà en juillet dernier lors de la visite de François Fillon.
Monsieur Mas, Consul Général, remplace l'exceptionnel Alain Guepratte qui, avec son épouse, aura marqué avec beaucoup de générosité le coeur de tous...
Je lui souhaite tout le succès pour sa prochaine mission !
Je suis à ma 3ème visite dans les camps comme volontaire. J'ai évidemment été au camp Al Amal créé par le Père Najeeb à Ankawa. SOS Chrétiens d'Orient collabore avec tous les camps et toutes les minorités.
Au camp Al Amal, une garderie a vu le jour grâce à Elisa et trois volontaires du Liban dont je fais partie : depuis juin 2014, celle-ci est ouverte et gérée grâce à des femmes embauchées dans le camp. Je suis toujours touchée et émue de revoir mes petits amis. Ils grandissent et leurs bouilles sont toujours remplies de beaux et grands sourires qui cachent tant de souffrances. J'aimerais tant qu'ils quittent ces camps pour retourner chez eux car il n'y a pas de travail pour les parents et ces conflits volent la vie de ces enfants.
Mes différentes actions comme volontaire dans les camps consistent à être animatrice auprès des enfants dans les différents camps et visiter des réfugiés isolés.
A chacune de mes visites au Kurdistan, j'ai des rencontres avec des responsables politiques et militaires ; je suis également suppléante d'Alain Marsaud et vivre la politique étrangère de si près est passionnant en terme d'entretiens car je peux profiter de rencontres approfondies et riches.
J'ai, à cet effet, rencontré Monseigneur MaqDassi, Evêque d'Alqosh, village chaldéen. On désigne aujourd'hui sous le nom de « Chaldéens », les membres de l'Église catholique chaldéenne, catholiques de rite oriental et de langue liturgique araméenne. Comme tous les religieux que je rencontre depuis le début du conflit dans la région, ils n'ont qu'un mot d'ordre : ils demandent à l'Occident de ne pas faciliter l'immigration. De 6000 personnes à Alqosh, la moitié est partie vers le Liban, la Turquie, la Jordanie ou l'Occident... Il y a 10 ans, il y avait 1 300 000 chrétiens en Irak. Il n'en reste plus que 300 000 aujourd'hui.
Ils en veulent à l'Occident de contribuer à l'exode massif des chrétiens. Je l'écoute puis lui donne mon point de vue qui n'a rien d'une énarque parisienne puisque je vis au Liban depuis 10 ans. Je partage son avis et vais même plus loin...
Dans tout le Proche-Orient d'aujourd'hui, des populations témoignent de cette histoire ; il s'agit de ces minorités que l'on appelle les "chrétiens d'Orient". L'expression est exacte sur un plan géographique. Elle est aussi très ambigüe. Dans beaucoup d'esprits, le christianisme est tellement lié à l'Occident que l'appellation paraît les rejeter dans une sorte de sphère exotique. Depuis l'Europe, on les considère souvent comme des cousins venus d'un ailleurs incertain, étranges pièces rapportées à la famille à un moment qu'on ne saurait trop dater. Au regard de l'histoire, c'est surréaliste. Les chrétiens de Syrie, d'Egypte, du Liban, d'Irak ou d'Iran ne sont pas des nouveaux convertis au message évangélique. Ils sont ceux qui l'ont porté au monde.
Parce que notre existence repose sur nos racines et que notre pays est de racine chrétienne, nous avons aujourd'hui le devoir de sauver les terres de nos frères d'Orient pour sauver l'existence même de la chrétienté sur les terres d'Occident...
Nous avons trop longtemps joué avec le feu dans cette région et la politique des chefs d'Etats en Europe doit radicalement changer. Chaque pays, par son histoire, a ses affinités. Pour la France, il s'agit du Liban et de la Syrie.
Avec l'Irak, c'est un peu moins vrai mais une personne a fait chaviré le coeur des Kurdes : il s'agit de Danielle Mitterand.
Elle leur a donné une magnifique leçon d'humanité, de fraternité et de résistance !D'ailleurs, notre école française à Erbil porte son nom.
Malgré les choix politiques décidés par les gouvernements successifs, Danielle Mitterand a su poursuivre les siens.
Monseigneur Maqdassi revenait des Etats-Unis. Il analysait une réalité qui est vraie pour les chrétiens des autres pays.
Une fois les visas obtenus, les familles chrétiennes en France, en Europe, aux Etats-Unis ou autres, s'éloignent de l'Eglise car nos cultures sont moins pratiquantes qu'en Orient. Ainsi, les enfants se détournent plus encore que leurs parents de l'Eglise pour se revendiquer laïcs, américains, français..etc...
Nous arrivons à un déséquilibre des cultures et une fuite des fidèles qui auront peine à revenir non seulement sur leur terre, et, partageant l'avis de Monseigneur MaqDassi, deviendront beaucoup moins pratiquants ; c'est pourquoi l'exode de Chrétiens a aussi des conséquences sur le reste du monde.
Le monde tend vers un déséquilibre croissant entre musulmans et chrétiens avec des conséquences sur l'Orient et l'Occident.
L'entrée d'internet a bouleversé les moeurs car le mode de vie occidental, symbole de liberté et d'égalité a donné envie à une partie du monde l'envie de l'exode.
L'Orient, alors vidé de ses minorités, principalement chrétiennes, tend vers les extrêmes.
J'ai également fait la rencontre du Colonel Zerevan, responsable des Asayesh basés à Karaqosh du front de Telskuf ainsi que celle du Général Peshmergha Tarik.
Les Asayesh sont une organisation kurde crée en 1993 qui correspond à des services de renseignements et de police kurde. Elle agit sous le contrôle du Parlement kurde. Ses activités se déploient contre la criminalité financière, la contrebande, les crimes politiques et surtout, le terrorisme.
Le colonel Zerevan demande le soutien de la France.
Arrivés sur le front le plus proche de Daesh, nous échangeons avec le Général Tarik qui dirige les Peshmergas avec fierté et modestie, ce qui nous vaut notre respect et de l'honneur.
Ils défendent leur terre avec succès et si l'armée irakienne n'a à mon avis pas encore prouvé son efficacité, c'est déjà, de loin, le cas des peshmergas.
Le Kurdistan irakien réclame son indépendance. Il dépend du gouvernement de Bagdad.
Littéralement, « peshmerga » signifie « affronter la mort ». Le terme désigne les combattants armés du Kurdistan irakien, région autonome du nord du pays.
Cela fait 2 fois que je viens au front.
Malgré la mort qui les guette, malgré le peu de moyens qu'ils obtiennent... Ils sont humbles et souriants.
Je les admire.
Ils se sont battus comme des chefs contre l'Etat Islamique ; l'armée irakienne ne pourra pas se passer d'eux sur le reste du territoire.
Par contre, leur rôle demeure plus discutable à l'égard des chrétiens que tout le monde abandonne... Pourtant, ce pays évangélisé par saint Thomas perdra définitivement son âme si demain, nos frères chrétiens n'y sont plus présents.

DIMANCHE 28 AOÛT 2016 - Le burkini...Ras le bol de cette polémique!

Je visitais hier la mosquée du Sayyida Khawla à Baalbeck.
Superbe! J'invite tous mes compatriotes à venir au Liban, particulièrement visiter Baalbeck mais il ne faudra pas oublier de visiter la magnifique mosquée à proximité.
Les femmes et les hommes la visitent séparément et nous, les femmes devons porter un tchador.
Sans aucun problème, avec mon amie, je le porte parce que ce sont les règles , parce que je vis au Liban et que je respecte les coutumes et le culte musulman lorsque je rentre dans cette mosquée puisque moi, j'ai décidé de la visiter.
A l'intérieur, les femmes sont très gentilles et je trouve des francophones qui m'expliquent que la petite fille Khawla du prophète Mohamed est enterrée dans le tombeau de cette mosquée.
Revenons à la polémique largement sur-médiatisée en France. Les règles sont simples. Nous devons exiger chez nous ce que les autres exigent chez eux..
Voulez vous que je vous rappelle qu'en Arabie Saoudite, les femmes n'ont pas le droit de conduire , que la religion chrétienne est bannie au point que la compagnie suisse est interdite de survol car leurs avions ont la croix comme symbole sur leur drapeau ..
A quoi sert ce tollé répétitif et inutile et qui ne sert qu'à développer des préjugés et haines dans notre pays.
Les déclarations des Droits de l'Homme de la République Française sont claires.
Je suis convaincue que le peuple français est clairement d'accord sur le sujet du Burkini qui est omniprésent sur les médias.
Comme on dit ici : Khallas !!!
Fermeté ! Autorité !
Et que mes collègues élus du Peuple parlent des sujets qui intéressent les français:
Le chômage
Le logement
La rentrée universitaire etc..
Concernant ce sujet, il devrait se clore en 2 mn par une fermeté et une rigueur à appliquer les lois pour les quelques cas qui se retrouvent pour leur grand plaisir starisés! Malheureusement comme les actes n'ont guère suivi les paroles depuis trop longtemps dans mon pays..plus personne n'y croit!
Que ceux qui ne se retrouvent pas sur notre fondement républicain s'expatrient vers des pays où le tchador, le Burkini et que sais-je constituent l'exclusivité d'une garde robe!
A bon entendeur, salut!

MERCREDI 27 JUILLET 2016 - Vu du Liban et de Syrie, il y a longtemps que nous sommes en guerre.

Début juillet, je suis en réunion à l'Assemblée Nationale, dans le cadre de l'audition de Père Patrick Desbois au sujet des Yazidis, communauté religieuse d'Irak et de Syrie, victimes d'un véritable génocide, dans le cadre du groupe d'études Chrétiens d'Orient co-présidé par les députés Claude Goasguen et Véronique Besse avec Gerard Bapt. Nous visionnions un film... terrible..des bébés, des femmes assassinés.
Un jeune assistant parlementaire, sur ma droite se cache le visage.
Il prendra la parole nous disant qu'il n'a pas pu supporter tant de violence et que cette barbarie justifie qu'en bons chrétiens , nous ouvrions nos portes à nos frères d'Orient. Et pourtant, je dois sur ce point marquer mon désaccord. Je ne suis pas insensible à la souffrance qu'endurent les communauté d'Irak et de Syrie et je ne reproche aucunement à mon jeune voisin sa sincérité mais, vivant au Liban et sillonnent la région, je dois avouer que je n'ai plus la larme facile.
Nous commettons, dans te tels élans de compassion, deux erreurs.Tout d'abord, il nous faut regarder l'horreur des actions dont est capable l'EI en face. Ce sont des barbares qui mènent une guerre contre tous les mécréants, et les musulmans, les vrais, en sont les premières victimes.
Gardons ensuite en mémoire que la France comme le reste des pays européens n'est pas destinée à accueillir la misère, fusse t-elle issue de la guerre du monde entier! Les parlementaires passent de réunion en réunion et souvent des drames humains leur sont évoqués: si leur réflexe est d'accueillir à chaque fois ces peuples, alors, où allons-nous? Est ce le rôle de nos parlementaires, de nos représentants de l'Etat? Ce serait défaitiste, simpliste et surtout dramatique car nous les avons élus plutôt pour porter haut les couleurs de la France à l'étranger et à l'intérieur de nos frontières pour nous protéger avant tout et il faut avoir le courage de l'écrire.
Quelles que soient leurs religions, tous ces pauvres réfugiés sont avant tout des étrangers à notre pays, notre culture et notre histoire.Leur pays est en guerre et il est légitime que leurs gouvernements souhaitent que les hommes restent pour se battre.
Je suis pour une politique des « déplacés » plutôt que des « réfugiés ». Je m'explique: la Syrie est un immense pays dont certaines régions ont été libérées par l'armée syrienne. Pourquoi la communauté internationale n'a pas favorisé une politique de déplacés c'est à dire que les syriens se déplacent sur des zones pacifiées dans leur pays au lieu de favoriser une politique d'exode vers le Liban? la Jordanie? la Turquie? et surtout l'Europe?
Pour la simple raison que la communauté internationale a préféré s'obstiner vers la voie de la rupture totale avec le Président syrien et l'ouverture avec les soit-disants rebelles modérés: et cela depuis 2011... malgré les faits qui démentaient avec une insolence inouïe notre diplomatie, la France n'a pas bougé d'un iota et la guerre s'est poursuivie,se poursuit et es peuples trinquent. L'enlisement au Proche-Orient ne pouvait que débarquer chez nous.
La France ne devait pas en 2011 fermer Ambassade, consulats et Instituts Français en Syrie. Je suis contre. Les ruptures et embargos ne sont jamais des solutions car ils entrainent des haines, des souffrances et des frustrations à l'égard de notre pays. Elue auprès des français du Liban et de Syrie, je vais régulièrement à Damas, Homs, Tartous... et suis en relation avec les français d'Alep quotidiennement... malgré leur vie liée à la guerre, les syriens aiment la France et ont soif de francophonie... mes permanences mensuelles sont très riches et très importantes pour eux comme pour moi. Je suis fière d'annoncer que le Lycée français d'Alep a obtenu du gouvernement syrien l'accord pour ouvrir une branche à Tartous et ce Lycée sera un 2e lieu français en Syrie avec le lycée de Damas. Je précise que je suis la seule élue française à aller de manière régulière en Syrie à l'encontre de notre communauté qui reste au nombre de plus de 1000. Si les médias s'intéressent aux français qui partent combattre en Syrie, j'aime et je clame à répéter que ce ne sont pas les seuls compatriotes en Syrie !!! Il y a NOTRE communauté qui y vit heureuse malgré tout, attachée aux 2 pays et qui est un atout précieux de paix et de communication entre la France et la Syrie et que malheureusement notre pays ne profite guère et pire a abandonné!
Reste aussi le Lycée français de Damas qui survit depuis 2011 grâce aux parents d'élèves et enseignants qui se battent quotidiennement pour trouver de l'argent, nerf de la guerre, c'est le cas de le dire... . merci d'ailleurs aux nombreux parlementaires qui pensent à eux en versant de leurs réserves parlementaires, Alain Marsaud en tête. Malgré cette rupture diplomatique, nous arrivons à travailler et la culture reste une réponse évidente et garantie face à l'extrémisme.
Vivant dans la région depuis 10 ans, je suis au plus près pour comprendre la triste évolution de ce qui est devenue une GUERRE. Vider ou/et faciliter l'exode des Chrétiens d'Orient vers l'Occident est une double erreur:
-erreur pour l'Orient car sans les chrétiens, il n'y aura plus qu'un monde islamique et non un monde arabe. Comme le rappelle Grégoire III Laham, le patriarche melkite: « Celui qui s'engage en faveur de notre présence, ne s'engage pas seulement en faveur des chrétiens, mais aussi en faveur des musulmans dans la région. »
-erreur pour l'Occident car vider les chrétiens de l'Orient, berceau de la chrétienté est donner raison aux islamistes, adeptes du wahhabisme: cette erreur sera grave de conséquence pour l'équilibre de la chrétienté de l'occident.
Derrière cette guerre, ne nous leurrons pas: contrat de Gaz, Pétrole et nous défenseurs des peuples sommes si fébriles derrière ces montagnes de dollars qui se fichent bien des têtes tranchées...
A semer le vent, on récolte la tempête: à bon entendeur, Salut!

MARDI 10 MAI 2016 - La France est toujours présente en Syrie

Parce que la politique ne se limite pas aux dirigeants, la France est toujours présente en Syrie grâce à notre communauté ! Nantaise et engagée, je vis au Liban depuis août 2006. Fidèle à ma famille politique depuis 1988, j'ai milité à Nantes, à Paris puis au Liban. Je parcours ainsi le Liban depuis près de dix ans à la rencontre de nos compatriotes, pour défendre leurs droits et essayer de résoudre leurs problèmes et plus généralement d'améliorer leur quotidien. Depuis 2012, j'ai l'honneur d'être la suppléante du député de la 10ème circonscription des Français de l'étranger, Alain Marsaud. Et depuis 2014, je suis élue conseillère consulaire du Liban et de Syrie et conseillère à l'Assemblée des Français de l'Etranger pour la zone Asie Centrale et Moyen-Orient. Le mandat et la confiance que j'ai reçus, de la part des Français du Liban et de Syrie, m'engagent à cela malgré les choix diplomatiques de la France. Il reste aujourd'hui un peu plus de mille Français en Syrie dont la plupart réside dans le grand Damas. En 2011, la France a décidé de rompre tout lien diplomatique avec Bachar Al Assad et donc avec la Syrie, privant ainsi les ressortissants français de leur ambassade, leurs consulats, leurs instituts français et leurs lycées. Seul le lycée français Charles De Gaulle de Damas reste aujourd'hui ouvert grâce à la ténacité de certains parents d'élèves et le secours de nombreux professeurs. J'ai toujours considéré les Français de Syrie comme des citoyens à part entière. Vivre dans un pays en guerre ne doit en rien les priver de leurs droits et c'est pourquoi, depuis plus d'un an, je pars régulièrement à Damas rencontrer nos compatriotes. Je ne fais alors qu'exercer le mandat pour lequel j'ai été élue. Le Patriarche grec catholique Laham disait lors du dernier week-end pascal lors de la messe où nous assistions avec une délégation de français à Damas : « Nous pensons aux réfugiés tous les jours, Merci de les accueillir mais leur place est chez nous, ils peuvent vivre heureux en Syrie. » Je rejoins cette déclaration et je crois que l'Europe a fait une double erreur : la fausse lecture dès 2011 de la situation des évènements en Syrie et l'accueil à outrance des réfugiés en Europe. Nous payons cher et ce n'est que le début. Mes visites régulières, souvent sous les obus, sont toujours d'intenses moments aux cotés de la communauté française. Parfois même, des moments de joie. Malgré la guerre, la vie continue. La soirée Beaujolais nouveau que j'ai organisée dans un restaurant de Damas pour une centaine de nos compatriotes est le merveilleux symbole de ces instants de bonheur partagé. Cela ne doit en rien faire oublier la terrible guerre qui ravage la Syrie, et lors de mes nombreuses permanences à Damas, je traite de dossiers sociaux, scolaires et surtout humains et jamais de politique ou de diplomatie. Je n'ai jamais sollicité de rencontre avec les autorités centrales en place y compris bien évidemment durant le dernier week-end pascal. Mais j'écoute et je vois. Mes permanences durent six, sept, parfois huit 8 heures. Les larmes coulent sur les visages de nos compatriotes et parfois du mien ; comment rester insensible?J'ai vite compris que ma présence leur faisait du bien, un petit bout de France au coeur de la guerre. Mais ce qu'ils savent moins c'est le bonheur que j'ai à les retrouver, à voir leur force et leur courage. Nos médias parlent sans cesse des Français partis rejoindre Daech mais trop rarement de nos compatriotes restés vivre en Syrie. C'est une injustice comme tant d'autres. Ils sont moins vendeurs. Pourtant, ils sont aujourd'hui les meilleurs défenseurs de la francophonie et des intérêts de la France en Syrie, alors même que notre diplomatie a totalement renoncé à peser dans les négociations de paix. Je n'ai jamais rencontré le Président Syrien et je n'ai pas à le rencontrer. Je tiens aussi à rappeler à certaines rédactions qui se couchent encore dans le conformisme ambiant qu'elles gagneraient à se déplacer en Syrie au risque de se laisser surprendre par une évidence : le Président Syrien est non seulement incontournable mais populaire. Guidée par mes compatriotes , chacune de mes visites en Syrie est une leçon de réalisme.

MARDI 8 DÉCEMBRE 2015 - Lettre à Denis Pietton...

Monsieur l'Ambassadeur,
Cher Denis,
Depuis hier soir, moment où j'ai appris ton départ pour l'au-delà, je suis ailleurs. Je t'écris ces quelques lignes et je vais être bref. Diplomate, tu étais... militante, tu me nommais. Souvent, ces 2 mondes ne se comprennent pas parce que l'un doit manier un langage conventionnel tandis que l'autre applique plutôt un franc-parler mais toi, non par magie mais parce que c'était toi, tu avais trouvé un équilibre.
Respectant l'opinion de chacun et appréciant le débat, ton bureau nous était en permanence ouvert et ton sens de l'écoute prouvait ton intelligence.
Tu ne manquais pas une opportunité pour ouvrir la Résidence des Pins à tous et pas seulement une catégorie plutôt qu'une autre et là encore la preuve d'une grande humanité dont tu faisais preuve...
Et ton humour... dans ce monde où nous n'arrivons plus à rire de rien... tu m'auras tant fait rire ! A moi comme à nous tous ! Car tu aimais la vie, la fête et cette soif de vivre et de fête aura fait rayonner la France au Liban.
Tu étais justement un exemple pour tous les diplomates et politiciens de ce monde.
Car même pour la politique étrangère ( et j'ajouterais surtout pour la politique étrangère!), il ne suffit pas d'être un excellent diplomate, il faut aimer les gens ! Et tu avais ce don si rare de manier ces 2 qualités et c'est pourquoi la magie fonctionnait partout où tu étais en mission ...
Je n'arrive pas à croire que c'est déjà ton départ... nous nous parlions en octobre quand j'étais en France et comme quoi il ne faut jamais reporter... nos agendas ne collant pas, nous reportions notre prochaine rencontre à mon prochain séjour en France.
Puis, tu me lâches, car nous devions créer l'association des français(e)s marié(e)s avec des libanais(e)s et tu devais être le Président. On s'imaginait déjà rassembler plein de couples 1 fois par an... et ça y est ! Tu me fais pleurer ! Nous parlions de ce projet sur les marches de la Résidence des Pins... projet qui n'aura pas vu le jour... comme cela va être triste maintenant...
Alors je dis souvent que le Liban est dans mon cœur et je crois que toi aussi, ton cœur était bien libanais sans renier pour autant ton histoire : nous avions adopté une devise bien libanaise : quelque soient les drames de la vie que nous traversons, la rage de vivre doit être plus forte que tout !
Mon Dieu ! Alors cette devise doit s'appliquer aussi aujourd'hui...
Dur, Dur,Denis...
Fabienne

MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 - FAIRE

FAIRE Ce verbe de 5 lettres est crucial. Vous pouvez savoir mais sans savoir faire ... aucun sens. Aussi, ce verbe doublé perd tout son sens : faire faire... Non FAIRE seule avec ses 2 mains que la nature a bien voulu nous offrir... quel bonheur et quelle chance ! Et permettez-moi de penser que j'ai cet honneur grâce à un seul critère : l'éducation. Aujourd'hui, 44 ans que je suis née et que je souhaite rendre hommage à ceux qui m'ont éduquée et qui m'ont transmis une valeur essentielle : le travail. Si certaines protègent leurs mains et rêvent de mains manucurées et parfaites, j'admire les mains de ma grand-mère qui aspire au plus profond respect : le travail de toute une vie. Je me suis passionnée très jeune pour la politique alors que je baignais dans un milieu de commerçants et d'entrepreneurs. Presque 30 ans après, j'ai toujours la flamme et la niaque et fière d'appartenir à la même famille politique RPR, UMP puis Les Républicains. De Nantes, à Paris puis Beyrouth, j'ai la chance d'avoir, ce qui est rare, des amis en politique surtout sur ma région natale. Je me suis engagée pour FAIRE et ce depuis le 1er jour où j'ai décidé de militer. Le travail est une valeur sûre respectable et respectueuse. Alors merci à mes parents, mes grands-parents et particulièrement ma grand-mère pour cette éducation forte et cette valeur qui me rend indestructible : celle du travail.

MARDI 1ER SEPTEMBRE 2015 - "La gloire se donne seulement à ceux qui l'ont rêvée!" Général de Gaulle

"La gloire se donne seulement à ceux qui l'ont rêvée!" Général de Gaulle
L'actualité des 2 pays, la France et le Liban qui remplissent mon quotidien est déprimante surtout si j'ajoute la Syrie, pays où je suis élue pour représenter le millier de Français qui y vit toujours.
•la France est prise en étau entre 2 crises: Interne et externe.
- interne car elle est aujourd'hui décalée du monde économiquement étouffé par des impôts sans limite et une législation du travail dépassé
-externe car sous perfusion d'autres puissances sans clarté politique.
•Le Liban est à l'agonie des partis politiques qui à force de s'essouffler à s'entendre ont oublié qu'un peuple n'a toujours pas au bout de 30 ans d'après-guerre le minimum qu'une nation digne de ce nom peut offrir à son Peuple.
Je suis engagée politiquement depuis plus de 25 ans et cela grâce à un homme au départ qui m'a donné l'envie de m'engager.
C'était l'époque où la communication n'était pas si omniprésente.
Aujourd'hui, les hommes ne font plus de politique mais de la communication.
Et, ce que beaucoup de représentants n'ont pas compris, c'est que les êtres humains ne sont plus dupes car est rentré dans leur vie un phénomène irrémédiable et sans retour: Internet.
La bêtise vient de l'ignorance mais les ignorants se font de plus en plus rares...
Même au fin fond de notre planète, une connexion internet est possible avec tout ce qui va avec: Twitter, Facebook,Instagram..
Et ce constat doit être dans tous les esprits parce que quiconque peut vérifier à tout moment les dires et faits de chacun.
L'ambiguïté et la difficulté majeure lorsque l'on accède aux responsabilités de son pays sont de dépasser la facilité pour privilégier le courage de prendre des décisions souvent impopulaires mais bénéfiques pour sa nation.
De grandes écoles existent pour former des élites destinées à nous représenter au plus haut niveau.
Ces écoles sont une fierté et je ne remets en rien leur crédibilité mais permettez-moi 2 exemples:
-vous pouvez sortir des plus grandes écoles de commerce : si vous ne savez pas vendre, ce n'est pas une école qui vous l'apprendra et un directeur commercial privilégiera une candidature d'un bon "tchatcheur" plutôt qu'un candidat Surdiplômé, qui peut parfois être hautain.
-Prenez un excellent cancérologue mais très mauvais psychologue et asocial... si d'un point de vue médical, il semble être meilleur pour guérir ses patients, humainement ce n'est pas aussi sûr! En effet quand on connait l'importance psychologique dans le combat de cette maladie, on peut imaginer le succès de guérison d'un cancérologue moins doué d'un point de vue médical mais très axé sur les rapports humains et la psychologie..
Ces exemples prouvent que certains métiers sont exercés plus efficacement parce qu'avec sincérité, authenticité et amour des gens.
Ainsi, j'en arrive à la conclusion que manquent cruellement 2 vertus à beaucoup de nos représentants: le courage et la sincérité.
Prenons l'exemple des réfugiés la découverte de ces êtres atrocement décédés dans le camion réfrigéré en Autriche, font réagir une classe politique, qui je m'en excuse, est assez culottée!
Croit-elle vraiment que l'on "gobe" leur désarroi?
Qui fabrique les guerres?
J'ai cru pendant longtemps l'analyse cartésienne développée par ci par là comme quoi dans le monde il y a des "méchants"et des "gentils"mais le Liban est rentré dans ma vie.
Et pour comprendre ce pays, il faut comprendre les "jeux" régionaux et internationaux et autant vous dire qu'on perd sa naïveté politique et surtout l'analyse cartésienne complètement incongrue!
Depuis presque 10 ans que je vis au Liban, que je parcours cette région si complexe et si attachante, que malgré la guerre, je visite mes compatriotes en Syrie et les réfugiés chrétiens en Irak avec l'association SOS chrétiens, les larmes de crocodile de certains me feraient rire si le sujet n'était pas aussi terrifiant.
Le Liban et la France vivent chacun des moments difficiles mais avec un point commun: ils sont en pleine crise d'identité.
- française : avons-nous peur de notre identité reliée à des valeurs si jalousées? avons-nous peur de nos origines chrétiennes?
- libanais "jamais une démocratie n'a fait jusqu'ici la guerre à une démocratie" alors n'ayons pas peur !
J'en appelle à un sursaut de courage,d'audace et de sincérité de la part de nos leaders!
Débarrassez -vous de vos attachés de communication et n'ayez pas peur de nous, militants, sympathisants et acteurs des changements parce que les Peuples ont arrêté d'être bêtes car ils ont arrêté d'être ignorants!

DIMANCHE 17 MAI 2015 - Français, Européens: venez passer vos vacances au Liban!

Le Liban: la Suisse du Moyen-Orient! Certains diront que nous en sommes loin... mais... Habitant au Liban, nous aurions toutes les raisons de déprimer, d'être inquiets. Bien sûr, nous le sommes... parfois! Mais malgré tout, règnent au Liban plusieurs facteurs indescriptibles: le soleil et la bonne humeur! La région est au mieux tendue, au pire en guerre. Clairement, les sunnites et les chiites sont en conflit au prix de l'existence même des minorités et particulièrement des chrétiens pourtant à l'origine de cette région humainement et religieusement.
Je pourrais continuer le scénario régional alarmant.
Au Liban, presqu'un quart des habitants est aujourd'hui syrien. A cela s'ajoute une crise politique exécutive et législative.
Mais mes amis, venez passer vos vacances au Liban!
Parce que les libanais sont particulièrement et exceptionnellement accueillants et qu'il y fait beau!
Parce que le Liban sur un petit territoire vous offre une multitude de paysages: la mer et la montagne se côtoient jalousement.
Parce que vous ferez la fête comme nulle part ailleurs!
Parce que le dépaysement est assuré avec une certitude de découvrir l'Orient avec le plaisir d'être baigné dans la francophonie.
Parce que vous mangerez sans limite des mezzés aussi meilleurs d'un restaurant à l'autre.
Oui, c'est vrai, la guerre n'est pas loin. Les tensions sont présentes. Mais devons-nous cultiver la haine?
Venir au Liban vous permettra aussi de comprendre modestement les éléments de tension dans la région. Découvrir plus de 18 communautés religieuses sur une superficie de 10452 km2. Chacun vous racontera avec plaisir son histoire car sachez que le Liban n'a pas su officialiser un passé commun. Mais voilà, c'est une base au Liban: pour comprendre, il faut laisser à l'aéroport de Beyrouth sa mentalité d'occidentale. Laissez-vous aller: écouter tout le monde, oublier les préjugés, apprenez oui apprenez: le Liban nous donne de belles leçons de vie! Ce peuple en permanence victimes de violence sait plus que tout rebondir vite, garder la pêche, repartir... la vie prend toujours le dessus!
Habitués à ne rien attendre d'un Etat, les libanais se débrouillent toujours... ADMIRATION !!!...pour nous qui venons d'un pays où l'Etat est omniprésent.
Gagner de l'argent n'a rien d'honteux, bien au contraire! Vous verrez des voitures de luxe côtoyer des voitures miraculeuses parce qu'elles roulent... la richesse affichée par certains pourraient paraitre pour certains malsaines: et bien pas du tout! Admiration pour nous qui venons d'un pays où l'on jalouse et déteste celui qui réussit et gagne de l'argent.
Tout se mélange... pays de contraste!
Pour conclure, venez passer vos vacances au Liban!
Si vous êtes plutôt farniente, le Liban vous offre des plages de luxe où vous serez aussi chouchouté que Brigitte Bardot à St-Tropez.
Si vous aimez faire la fête, le Liban vous offre les endroits les plus festifs du monde... ce n'est pas le moi qui le dis: c'est David Guetta!
Si vous aimez manger, le Liban vous offre les tables les plus remplies et les plus interminables du monde!
Si vous aimez marcher, vous découvrirez des sentiers dans la montagne libanaise avec une faune et une flore exceptionnelles (mais malheureusement victimes des libanais qui chassent sans civisme et ne respectent majoritairement pas l'environnement ... et oui, tout n'est pas rose). Mais justement, votre présence et vos commentaires leur feront comprendre que s'ils veulent des touristes occidentaux, ils doivent impérativement respecter la nature et les animaux.
Si vous aimez les sites archéologiques, vous serez comblés: Byblos, Baalbeck, Beittedine..
Vous aimez le vin, plus de 30 caves libanaises vous feront oublier nos trésors français!
Venez, venez, venez... et puis si vous souhaitez des conseils, nous sommes là... plus de 20 000 français vivent au Pays du Cèdre... .
Et ce n'est pas notre député Alain Marsaud qui me démentira... Paris/Beyrouth fait aujourd'hui parti de son quotidien...
Vive le Liban et Vive la France!

SAMEDI 15 NOVEMBRE 2014 - Compte-Rendu de mon séjour en Irak-Erbil au sein de l'association SOS Chrétiens d'Orient-Liban Novembre 2014

Tout a commencé en juillet 2014 par un coup de fil de mon amie Henda. En fait, elle voulait que je rencontre quelques jeunes venus de France qui partaient en Irak sur la zone kurde. Je ne la remercierais jamais assez. Ces jeunes m'ont impressionnée par leur engagement, leur motivation et leur détermination. Pourquoi partir en Irak? Parce que nous ne pouvons pas rester immobiles et inactifs face à la disparition de nos frères chrétiens d'Orient...tout était dit!
Suite à cette rencontre, Elisa Bureau, jeune française de l'association restait pour ses études au Liban et me contactait. En effet, étant un certain temps au pays des cèdres, elle décidait de créer SOS Chrétiens d'Orient section Liban et me demandait de la rejoindre.
J'avoue que je n'ai pas eu besoin de réflexion pour lui répondre positivement. Quoi de plus motivant qu'une jeunesse engagée et pleine d'espoir surtout quand il s'agit d'un sujet si crucial pour notre avenir.
En effet, défendre les chrétiens d'orient dépasse largement la cause religieuse : je pense que la présence chrétienne est aussi et surtout le gage de valeurs démocratiques, républicaines et symbole de liberté.
L'effondrement démographique des chrétiens en Orient depuis des décennies n'a laissé place qu'à plus d'extrémisme et d'oppression.
En Irak, 1,5 millions de Chrétiens en 2003, 300 000 aujourd'hui...
Même constat sur tous les pays du Proche-Orient où vivent des chrétiens.
2 possibilités à ce constat:
-on encourage tous les chrétiens à partir en Occident
OU
-on s'unit, on lutte, on combat pour pérenniser la présence chrétienne en Orient Même si certains politiciens bougent, même si les médias communiquent sur ce sujet, je pense que nous ne sommes jamais mieux servis que par nous-mêmes et que tous les chrétiens du monde doivent se mobiliser !
Il va sans dire par ailleurs que si le Proche-Orient devenait une zone entièrement contrôlée par des extrémistes, l'Occident subirait des conséquences inéluctables.
Apres ce tableau dressé et les raisons pour lesquelles je me suis engagée au sein de SOS Chrétiens d'Orient, Elisa Bureau me proposa de partir en Irak à Erbil.
En effet, depuis juillet 2014, des jeunes français se succèdent sur place pour évaluer concrètement les besoins des chrétiens et réagir rapidement. L'avantage de l'association est sa petite structure et la liberté dans les initiatives prises par les volontaires sur place.
5 jours en Irak se sont gravés dans ma vie.
J'y suis partie avec plusieurs casquettes qui à mon sens se complètent:
-membre de l'association: j'ai pu rencontrer et parler avec de nombreux réfugiés. J'ai été frappée par leur perte de repère. Ces réfugiés vivaient correctement, travaillaient, possédaient pour la plupart une maison, une voiture. La plupart est originaire de Qaraqosh. Du jour au lendemain, ils se retrouvent entassés dans des camps sans travail et sans école pour les enfants et le plus dur pour eux est la perte de dignité. Ces camps sont organisés grâce à des caravanes ou des bâtiments laissés à l'abandon en cours de construction. Si dans la journée, le soleil permet des températures agréables, la nuit, le froid s'installe sans parler des pluies qui vont arriver. L'association offre des couvertures, des chauffages, des jouets pour les enfants. Elle anime des jeux au sein des camps. Une équipe de volontaires composée de jeunes français chrétiens pratiquants ou non est présente. Depuis plusieurs mois, cette présence continue notamment grâce à François-Xavier, volontaire de SOS Chrétiens d'Orient présent depuis plusieurs mois en Irak ayant donc acquis une bonne connaissance des familles et bien sur des problèmes. L'Eglise et les puissantes ONG sont aussi omniprésentes. Si les prêtres entretiennent des liens forts avec les réfugiés, les ONG sont plus dans l'analyse que l'affectif.
-Suppléante du député Alain Marsaud : En effet, nous avons eu des rencontres plus politiques. Alain Marsaud est député de la 10ème circonscription dont l'Irak. Il est évident que ce séjour et ces rencontres seront bénéfiques car j'ai pu prendre conscience en étant au plus près du terrain de différents problèmes.
-Conseillère des Français de l'Etranger : 200 français environ sont inscrits au Consulat d'Erbil où fonctionnent l'Institut français et l'IFPO situés au cœur de la citadelle sans oublier la French School de la Mission Laïque.Ces institutions sont indispensables pour asseoir la présence de la France dans cette région si fragilisée. La France parle aussi diplomatiquement grâce à cette présence. La Francophonie : que de colloques, de rapports, de réunions ! Tout cet argent dépensé pourrait servir à conforter le quotidien de ces institutions, voire d'augmenter les postes ! Nous avons visité une école qui souhaite améliorer son enseignement en français pour être un jour homologuée. Il faut aider et supporter ces initiatives : c'est la francophonie pragmatique, efficace et ambitieuse.
Ces réfugiés ont tout perdu et sont conscients que Daesh a tout détruit et tout pillé.
SOS Chrétiens se finance grâce aux dons des nombreuses conférences données sur le territoire français. Chaque soir, l'équipe présente à Erbil communique via facebook sur leurs actions diverses:
-fabriquer des poulaillers et créer des potagers pour inciter les réfugiés à plus d'indépendance
-mettre en place de l'eau potable sur les camps
-financer des caravanes médicalisées (pharmacie, consultations)
-financer des écoles grâce à des caravanes ( par exemple, SOS Chretiens finance une école à Menguesh, village au nord du Kurdistan à 50km de Mossoul. En effet, les nombreux enfants réfugiés dans ce village pourront être enfin re-scolariser dans 1 mois environ)
-donner des cours de français et encourager les écoles à la francophonie.
Lors de ces 5 jours, j'ai été entourée de jeunes compatriotes formidables porteurs de valeurs devenues rares. Ces jeunes font honneur à la France. De tout cœur, je tiens à féliciter et remercier Elisa, Francois-Xavier, Arthur, Charly, Nicolas, Jean et Joseph sans oublier Charles et Benjamin et bien sûr Abou Dany et Dany, réfugiés eux aussi et engagés par SOS Chrétiens!
Ces réfugiés sont perdus. Si certains ont pu louer des maisons très chères d'ailleurs, c'est qu'ils ont vendu tout ce qu'il leur restait (voiture, bijoux..) et que très vite ils seront dans une situation précaire.
D'autres ont rejoint ces camps où l'électricité, et l'eau chaude sont capricieuses et où le confort n'existe plus. Malgré ces conditions, ces familles vivent proprement. Aucun enfant n'est scolarisé et ce fut pour moi une profonde tristesse de parler et partager quelques jours avec ces enfants. Ils s'ennuient et rêvent de repartir à l'école.
Pour conclure, mobilisons-nous UNIS contre ces barbares. Les minorités sont leurs proies mais aussi les musulmans « modérés » .Alors aujourd'hui l'Union sera plus que jamais notre force.
Ces barbares existent aussi parce qu'ils ont des moyens financiers et militaires. Ne soyons pas naïfs et nous savons tous qui les financent.
Les minorités d'Orient, notamment les Chrétiens, ont besoin de vous, de nous : Chrétiens ou démocrates vivant confortablement..
Notre présence auprès d'eux en Irak, voire en Syrie, leur donne un espoir solide.
Notre devoir est de les soutenir et de les aider pour qu'ils restent chez eux en Orient.
Ce séjour m'a enrichie humainement et politiquement car ce n'est pas un séjour unique mais le début d'un combat de vérité. Française au Liban, l'Orient est rentré dans ma vie. Engagée politique, je ne peux rester indifférente à l'image dégradée de mon pays dans cette région où pourtant tous les Peuples ont la France dans leur cœur.

VENDREDI 11 JUILLET 2014 - Je n'ai plus envie de rêver, j'ai envie d'y croire!

Je n'ai plus envie de rêver, j'ai envie d'y croire!
Depuis 26 ans, je suis encartée au RPR puis à l'UMP... Je me sens crédible pour apporter une certaine réflexion sur ce que j'attends du Congrès de novembre.
Il ne s'agit pas de vivre sur le passé, de ressasser les bons souvenirs...mais juste de constater pourquoi ce mouvement n'a plus de moelle épinière aujourd'hui !
Un grand écart existe aujourd'hui entre les centaines de milliers de militants et les représentants: pourquoi?
Tout d'abord, un parti politique est une entreprise à gérer mais où seul le devoir politique est à vendre. Chaque militant doit y trouver sa place. Chaque militant doit retrouver la fierté d'appartenir au 1er Parti de France.
Face à nous, la débâcle, la médiocrité, la débandade et nous force de terrain sommes assombris par une poignée de personnes, nous sommes pris en otage.
Je ne suis pas du genre à taper sur un homme à terre!
Et si beaucoup de mes dirigeants sont pris dans de multiples affaires, je les respecte tous.
Arrivés à ce niveau en politique est obligatoirement une forme d'intelligence: ils sont brillants et je les apprécie. J'ai appris à les connaitre.
Oui, j'y tiens! Ma réflexion sera vide de critiques envers quiconque parce que y'en a marre des boules puantes internes, marre!!!!
C'est seulement ensemble que nous sortirons de cette traversée pitoyable, ensemble!
Nos meetings ne ressemblent plus à rien depuis longtemps: nous venons nombreux et vivons un 1er rang sans complicité, égoïste, où chacun vient prononcer son discours puis repart quand il est prononcé et quand les caméras disparaissent.
C'est simple: on s'marre plus!
Je veux croire à une Union Populaire car ce sera juste un retour aux sources.
Je veux croire à un mouvement où les salariés sont heureux de venir travailler où ils sont respectés. Car la machine tourne grâce à eux, ne l'oublions jamais!
Je veux croire à une disparition des chaussures pointues et des costumes serrés : caricature de ces jeunes prétentieux qui intoxiquent notre mouvement... à l'opposé des militants !
Je veux croire que lorsque nos leaders se déplacent sur notre territoire, ils ne se sauvent plus dans leur berline sombre garée près d'une porte dérobée dès la fin de leur réunion... Mais qu'ils reprennent plaisir à partager le reste de la soirée avec les élus et militants présents !
Je veux un futur Président vierge judiciairement parlant.
Je veux un futur Président rassembleur, jeune et surtout conscient de notre Ame perdue... .
Je veux un futur Président tout simplement militant de l'Union Pour un Mouvement Populaire !
Je veux un Président UMP de droite et décomplexé d'être à droite.
La France est aujourd'hui tirée vers le bas et mes compatriotes sont déprimés!
J'aurais moi toutes les raisons de l'être car vu de France, je vis dans un pays où il y a ni eau, ni électricité, ni soins gratuits, ni gratuité des écoles, des universités, aucune stabilité politique et même quelques bombes qui explosent.
Et le peuple libanais est gai, joyeux, fêtard, ambitieux!
Alors pourquoi sommes-nous déprimés en France alors qu'on a tout ou au moins l'essentiel. Pourquoi sombrons-nous alors que nous sommes les enfants du plus beau pays du monde.
Ne vivant plus en France depuis 8 ans, j'ai un regard de comparaison. Je ne me reconnais plus dans cette France d'aujourd'hui!
Alors, je jette mes idées sans tabou, sans filet et volontairement provocantes.
J'ai envie d'embarquer sur le paquebot "France" ou règnent les droits et les devoirs égaux pour tous.
Je souhaite ce Paquebot débarrassé de certains acquis sociaux. Oui je suis pour une refonte totale des allocations familiales. En effet, je pense qu'il est temps de réévaluer toutes les allocations en fonction de ce que la France peut et ne peut plus.
Je souhaite la dissolution de tous les syndicats français qui ne représentent en rien le monde ouvrier mais qui constituent une bande d'extrémistes au service de privilèges honteux. Je souhaite un renouveau pour donner la parole au monde salarial qui symbolise la richesse du travail et qui a aussi le droit d'être ambitieux et de vouloir plus en travaillant mieux et plus, un monde complice employés/employeurs basé sur des mentalités respectueuses car les uns sont égaux aux autres et que les uns ne peuvent pas vivre sans les autres.
J'ai envie de croire en un pays qui donne envie à ses enfants de gagner, s'enrichir, développer, prospérer grâce au travail !
Construisons de l'ambition, de l'envie et retrouvons des règles strictes de vie commune!
Partons à la recherche de nos ressources... la France en regorge !
Le coût de l'emploi doit baisser et recréons une multitude d'emplois qui améliorera le quotidien de tous et recréera de la solidarité, de la chaleur humaine: des pompistes, des voituriers, des standardistes, des aides à domicile...le bonheur de téléphoner et de ne plus tomber sur des répondeurs (taper 1,2,3...).
La planète se creuse entre les besoins fondamentaux des uns et les caprices des autres mais il est complètement démagogue de culpabiliser les uns en fonction des autres!
Notre France s'inspire des valeurs chrétiennes.
Elle est laïque et elle doit le rester.
Oui, mon pays se perd...où es-tu Marianne?
Rêver grâce à notre richesse culturelle, nos artistes, notre unique Patrimoine !
Rêver grâce à nos agriculteurs, viticulteurs, artisans, commerçants !
Rêver grâce à nos multinationales, nos ressources industrielles !
Compatriotes, nous avons tout pour être heureux, tout!
Le problème est en nous et en notre classe politique!
Nous, français, sommes comblés!
L'UMP malgré tout continue les adhésions.
La majorité des élus est exceptionnelle.
Mais la haine des uns pour les autres nous plombe!
Alors, offrons nous une direction populaire, jeune et renouvelée!
Moi je veux croire en une équipe dirigeante qui préfère partager « une bouteille de pinard et un sandwich pâté » avec ses troupes qu'une équipe fantôme individualiste et hautaine!
Bonnes vacances et RDV le 29 novembre !
Fabienne Blineau, militante de Nantes à Paris puis Beyrouth... .

VENDREDI 16 MAI 2014 - Dimanche 25 Mai, Français de l'étranger, nous votons aussi pour les élections européennes: Alain Lamassoure mène la liste UMP

Madame, Monsieur,
Vous le savez : partout dans le monde, le 25 mai, les Français établis à l'étranger sont appelés à participer aux élections consulaires. Avec toute l'UMP, nous soutenons vos candidats pour cette élection si importante pour vous.
Mais le même jour, vous participerez aussi à l'élection des nouveaux représentants de la France au Parlement européen. Pour cette dernière élection, tous les Français établis hors de France sont rattachés administrativement à la région Ile-de-France. Celle-ci élit 15 des 74 eurodéputés représentant notre pays. Désigné comme tête de la liste UMP pour la région, j'ai proposé que trois de nos compatriotes vivant à l'étranger figurent parmi nos candidats. Il s'agit de Véronique CARTOUX, qui vit à Londres, de Jérémy MICHEL, de Bruxelles, et de Fabienne ABIRAMIA qui vit à Beyrouth. Ils seront pendant les cinq ans à venir nos correspondants auprès de vous, relayant vos problèmes, vos questions, vos attentes, vos propositions.
Je veux d'abord vous parler de vous.
Vous avez fait le choix professionnel, personnel ou familial, de vivre dans un autre pays, parfois sur un autre continent, souvent loin des vôtres. Mais vous êtes restés viscéralement attachés à votre lieu de naissance ou, si vous êtes devenus français par une union familiale, au pays de celui ou de celle que vous aimez. Là où vous êtes, vous représentez la France. Vous en êtes fiers. Votre choix de vie est une grande chance pour notre cher pays. A l'âge de la mondialisation pacifique – cent ans après le début de la première guerre mondiale -, vous êtes les pionniers qui incarnez, qui diffusez, qui exportez notre savoir faire et notre savoir vivre.
C'est pourquoi la France a des devoirs envers vous. A commencer par celui de ne pas vous considérer comme des nantis, des privilégiés, qui seraient suspects d'être des mauvais citoyens parce qu'ils ont quitté l'hexagone. Et qui seraient taillables à merci. C'est la raison pour laquelle, nous sommes très attentifs à la procédure d'infraction heureusement engagée par la Commission européenne à l'encontre de la France concernant le prélèvement de la CSG et de la CRDS sur les revenus du patrimoine des personnes physiques non domiciliées en France. Au-delà de ses conséquences financières, cette mesure inique est un détestable symbole.
***
En même temps, là où vous vivez, vous vous sentez européens, et vous êtes souvent considérés comme tels par ceux qui vous accueillent. Il y a une histoire, un mode de vie, un modèle familial, des valeurs, qui sont communes aux Européens. La capacité des Européens de travailler ensemble, de s'unir dans ce monde aussi passionnant que difficile est une exigence dont vous mesurez chaque jour l'importance.
Et c'est pourquoi vous réalisez la gravité de l'enjeu de cette élection européenne du 25 mai, aussi bien, voire mieux que ceux de nos compatriotes qui vivent dans l'hexagone. A plusieurs égards, elle consiste en une première.
C'est la première élection du Parlement de Strasbourg qui verra l'application complète du traité de Lisbonne. Les 380 millions d'électeurs européens sont appelés à élire, non seulement des députés qui ont acquis désormais la plénitude du pouvoir législatif, mais aussi, à travers ceux-ci, le Président de la Commission européenne. Celui-ci ne sera plus un haut fonctionnaire nommé par les gouvernements, mais un élu des peuples européens, un « Monsieur Europe ». Notre famille politique, le Parti populaire européen (PPE) a choisi Jean-Claude Juncker. Le jeune ancien Premier ministre luxembourgeois a longtemps été le plus européen des 28 chefs d'Etat et de gouvernement, fidèle à la tradition communautaire et franco-allemande de notre vision européenne. A la tête de l'eurogroupe, il a joué un rôle clef dans le sauvetage de la zone euro au moment des pires tempêtes financières. Il a su accepter le principe de l'abandon, par son pays, des privilèges fiscaux qui en avaient terni la réputation. Il a l'expérience, la hauteur de vues, et l'estime générale nécessaires à la plus difficile des fonctions.
C'est aussi la première élection qui aura lieu depuis le début de la sortie de la crise économique qui a frappé, non toute l'Union, mais une grande partie. La relance de la croissance et de la compétitivité sera au cœur de notre politique. Nous entendons aussi utiliser pleinement les compétences nouvelles que le traité de Lisbonne donne à l'Union pour mettre en commun nos moyens de recherche ; investir dans les grandes infrastructures continentales ; concevoir et mettre en œuvre une politique énergétique commune, là où nous constatons les ravages du chacun pour soi ; maîtriser ensemble les flux migratoires, à quoi ont échoué toutes les politiques nationales ; engager enfin la politique étrangère et de défense commune comme nous y pressent les dangers venus du sud comme de l'est. Notre programme détaillé est joint à ce message.
C'est enfin la première élection européenne depuis le changement politique intervenu en France il y a deux ans. Vous l'avez constaté : depuis juin 2012, la voix de la France ne se fait plus entendre à Bruxelles que pour demander piteusement des délais supplémentaires pour honorer nos engagements les plus solennels. Les initiatives courageuses qui ont parfois été prises ailleurs, notamment en Afrique, ont pâti d'une absence de relais diplomatique parce que notre pays s'était isolé de ses partenaires. La France a perdu le tiers de sa part dans la production industrielle de la zone euro, et, parmi les 18 membres de la zone, elle est le seul pays qui enregistre un déficit commercial de plusieurs dizaines de milliards : du nord, à l'est et au sud, tous nos partenaires, eux, sont en excédent. La croissance est anémique et le nombre de chômeurs augmente d'un millier par jour.
Le désarroi de nos compatriotes, et parfois leur fureur, se sont exprimés lors des dernières élections municipales. Pour les européennes, le choix est clair : une Europe en panne, avec les socialistes ; une Europe en crise, si le Front national l'emporte sur son slogan « détruire l'Europe ! » ; une Europe qui redémarre enfin, si l'UMP et le PPE y reprennent le pouvoir.
La France a besoin d'une Europe qui marche. Qui joue son rôle, tout son rôle et rien que son rôle. Qui assure à nos producteurs l'égalité de la concurrence à l'intérieur, et l'égalité du rapport de forces à l'extérieur. Qui parle d'une seule voix envers Moscou, Washington ou Pékin. Qui nous permette de tirer le maximum des formidables opportunités scientifiques, technologiques, commerciales, humaines du XXIe siècle, et de relever ses formidables défis : maîtrise des flux migratoires, de la prolifération nucléaire, des folies financières, du pillage de l'environnement, règlementation d'internet contre les puissances publiques et privées qui en abusent. Qui nous protège de toutes les formes d'atteintes à notre indépendance. Qui ne gomme pas nos identités, mais qui nous aide à les sauvegarder. Qui exporte dans le monde entier les valeurs qu'elle incarne mieux que quiconque : la négociation pacifique, l'égalité des nations, les droits de la personne humaine, la justice sociale, la protection de l'environnement.
L'Europe a besoin d'une France redevenue la France. Un pays exemplaire chez lui, qui honore ses engagements envers ses citoyens, et envers ses partenaires. Un pays pilote, qui retrouve sa place, auprès de l'Allemagne, dans la cabine de pilotage de l'Union. Qui montre le chemin à tous ceux de nos partenaires prêts à la suivre dans les politiques communes dont nous avons besoin : la recherche, les grands réseaux, l'immigration, l'industrie, l'énergie, la défense. C'est cette France qui a disparu depuis 2012.
Le 25 mai, avec l'UMP, nous voterons pour fonder l'Europe dont la France a besoin et pour relancer la France qui manque à l'Europe.

LUNDI 17 MARS 2014 - RAYONNANTE COMME...LA FRANCE A L'ETRANGER! UNE LISTE POUR VOUS REPRESENTER: UNION POUR UNE FRANCE RAYONNANTE A L'ETRANGER!

Chers amis,
Dimanche 25 mai
2014, plus d'1,5 millions de compatriotes à l'étranger seront appelés aux urnes pour les élections européennes et consulaires.
Concernant les élections européennes, nous sommes rattachés à la circonscription Ile de France et nous nous mobiliserons pour le succès de la liste UMP menée par Monsieur Alain Lamassoure.
Concernant les élections consulaires, j'ai l'honneur de mener la liste UMP sur la circonscription Liban, Syrie où sont inscrits plus de 23000 compatriotes.
11 personnes
composent cette liste et je suis très honorée et fière des 10 compatriotes qui me rejoignent sur cette liste qui se nomme : UNION POUR UNE FRANCE RAYONNANTE A L'ETRANGER !
11 personnes dont le socle commun est l'amour pour la France et le partage de ses valeurs républicaines mais aussi le bonheur de vivre au Liban : cette liste regroupe toutes les composantes libanaises de chaque région sans oublier nos compatriotes vivant en Syrie !
Même si la majorité des français au Liban sont binationaux, il est important d'écouter les attentes des français expatriés ; ils sont aussi représentés sur cette liste.
Cette équipe n'a pas juste vocation de remplir les conditions requises (11 colistiers) mais véritablement de travailler ensemble pour optimiser le travail des futurs élus !
Liste rayonnante pour des français qui font rayonner la France à l'étranger :
1-Fabienne Blineau : délégué pharmaceutique. Fonction : suppléante du député Alain Marsaud
2- Ghassan Ayoub : Chargé de communication au Grand Lycée Franco-Libanais
3- Désirée Khalife-Joseph : Directrice du centre de développement
4- Ziad Nassour : Pharmacien- Ancien Président de l'Ordre des Pharmaciens
5- Ifaf Hammoud : Infirmière sage-femme retraitée
6- Merhi Chebbo : Médecin
7- Nadia Badiou : Avocate
8- Laurent Dugué : Enseignant au Lycée français Charles de Gaulle à Damas
9- Sophie Dufour : Directrice de management
10- Jean Rahbé commerçant
11- Josette Bougoin Akil : Surveillante infirmière retraitée
Les élections des français de l'étranger souffrent d'une forte abstention, et ce dans l'ensemble des circonscriptions. Un paradoxe lorsque l'on sait que la France compte parmi les pays au monde qui écoutent et s'occupent le mieux de leurs compatriotes de l'étranger. En effet, nous sommes représentés au plus haut niveau par un Ministre, 12 Sénateurs, 11 députés et bientôt 443 conseillers consulaires.
Pour la circonscription Liban-Syrie, nous allons élire 5 Conseillers Consulaires et 1 délégué Consulaire.
Au niveau international, seront élus 443 conseillers consulaires et 68 délégués consulaires qui à leur tour représenteront les grands électeurs des Sénateurs lors de leurs élections en septembre 2014. Il y a clairement un enjeu politique.
Une campagne électorale représente, pardonnez-moi le terme, mais un des moments les plus jouissifs dans ma vie militante. Mais ce qui fait toute la différence dans une campagne où bien sûr nous sommes en concurrence avec d'autres listes, ce sont les convictions, la cohérence, l'investiture d'un parti politique mais surtout l'enthousiasme des acteurs principaux, le bonheur affirmé par chacun d'entre nous.
En nous unissant, nous devons nous transformer en véritable commerciaux de la France de droite avec la fierté de l'UMP. 23922 électeurs, cela représente 23922 caractères différents... chacun doit y trouver sa place, chacun doit être convaincu, chacun doit convaincre son entourage, ses réseaux.
Je compte sur vous pour m'aider, pour déployer toute votre énergie vers les compatriotes qui ont besoin d'être informés et pour les convaincre que notre liste est la meilleure et la plus cohérente.
C'est l'unité des 11 colistiers mais c'est surtout toutes ces forces que nous représentons. C'est aussi un professionnalisme mis au service des compatriotes :
-pour travailler les dossiers sécuritaires, sociaux, sanitaires, scolaires, universitaires, etc... avec les services consulaires
-pour organiser des réunions, des loisirs, des moments de partage pour les compatriotes
-pour remonter auprès des sénateurs et des députés les inquiétudes et les problématiques de nos concitoyens.
Cette liste bénéficie de l'investiture de l'UMP, 1er parti de France et du soutien total de notre député Alain Marsaud.
L'esprit de notre campagne reposera sur les valeurs républicaines de la France : Liberté, Egalité, Fraternité.
Et la clé de la réussite sera l'organe qui me séduit le plus : le cœur parce que des bonnes jambes font courir, un excellent cerveau apporte le savoir et la justesse dans l'action mais sans cœur, toute initiative s'essouffle vite.
Depuis 7 ans, je suis engagée auprès de vous au Liban, pour vous. Animée par des convictions gaullistes, je suis fidèle à ma famille politique, RPR puis UMP dans les moments victorieux comme dans les moments douloureux.
De permanence en réunion, mon équipe et moi-même sommes totalement disponibles pour vous dans un but d'améliorer votre quotidien. Etre Suppléante du député Alain Marsaud m'aide énormément dans le travail régulier des dossiers.
La France ne rayonne plus et qui mieux que nous, français de l'étranger en sommes conscients !
Parce que je vous respecte, parce que j'ai de profondes valeurs concernant le sens de l'engagement, je me suis entourée de 10 compatriotes heureux comme moi d'être candidats pour contribuer au rayonnement de la France au Liban et en Syrie.
Je compte sur vous, sur votre choix citoyen dimanche 25 mai.
Fidèlement,

MARDI 25 FEVRIER 2014 -Trait d'union entre un film et mon engagement

"Une bouteille à la mer"
Ce film de Valérie Zenatti m'a bouleversée pour 2 raisons:
-je vis et partage pleinement les sentiments des 2 acteurs
-mon pays y tient le rôle d'espoir, de paix et d'issue face à un quotidien où la haine et la violence ne s'arrêtent jamais.
Je vis au Liban et je me suis dramatiquement habituée comme tout le monde d'ailleurs au quotidien et ses risques de voitures piégées ou ses attentats.
Je reviens de Damas où j'ai rencontré mes compatriotes pour la plupart franco-syriens.
J'étais heureuse et triste à la fois...
Heureuse d'être parmi eux, de les écouter chacun sur leur histoire personnel, leur opinion sur la situation, leur quotidien...
Nos compatriotes en Syrie sont d'abord attachés à leur patrie. Ils restent parce qu'ils souhaitent sauver ce qu'ils leur restent et aussi pour aller où? Chacun d'entre eux me livrait des témoignages de proches qui vivaient au Liban ou ailleurs. Leur terre leur manque. De plus, même si la cherté de la vie en Syrie a triplé, celle de la vie au Liban ou ailleurs est largement supérieure à leur vie de départ. De plus, les enfants scolarisés au Liban souffrent dans certaines écoles de racisme.
A Damas, les nombreux barrages et l'omniprésence de l'armée syrienne contrastent avec une vie banale d'une capitale: embouteillages, sorties d'école, universités, musique, marchés, jeunesse qui se drague et même promenade avec son toutou, restaurants remplis...
Triste en écoutant mes compatriotes: attachés à leur terre d'origine, ils n'en restent pas moins fiers d'être français. Mais quelle image de la France?un profond sentiment d'abandon.
Le drapeau français ne flotte plus en Syrie même plus au Lycée français Charles de Gaulle. Il faut rentrer dans le Lycée pour contempler le buste de mon héros, de notre héros à tous.
Général, vos discours me hantent toujours...
Je partage votre amour pour la patrie et le sens du devoir pour notre patrie.
Votre autorité me manque et manque à la France.
Votre paternité serait tellement bienfaitrice pour notre pays!
Vous abordiez la politique étrangère avec des règles élémentaires que malheureusement peu de chefs d'Etat s'appliquent: comprendre l'histoire des pays étrangers, leur culture et surtout respecter leurs différences.
J'étais à Damas dans un but précis: engagée depuis 7 ans auprès des français du Liban et de la Syrie, je trouve essentiel d'être à leur côté dans ces moments douloureux. Voici quelques remarques que je souhaite partager loin des notes diplomatiques:
- comme je le disais, les français de Syrie se sentent abandonnés
-le fonctionnement du Lycée français est possible grâce à l'association de parents d'élèves et si aujourd'hui certains se réveillent, ce ne fût pas le cas lors des 2 premières années de guerre. Ce lycée a de lourds besoins financiers pour continuer à scolariser leurs 300 élèves. (Alain Marsaud offre 10 000€ grâce à sa réserve parlementaire pour 2014)
-l'inutilité de l'embargo: réflexe des pays occidentaux vers les pays à punir mais la vérité est que ces embargos punissent les peuples plutôt que les gouvernements qui s'empressent de créer une économie parallèle qui leur profite et qui pénalise les citoyens.
-l'accueil au Consulat à Beyrouth pas toujours compréhensif avec les français de Syrie qui doivent venir à Beyrouth pour toutes leurs démarches administratives depuis la fermeture du Consulat en Syrie: un aller/retour coute environ 200$ donc imaginez ce que coute un oubli de papier...
Ne pourrait on pas imaginer un compromis entre l'abandon total de la France en Syrie et un intermédiaire pour nos compatriotes...cela pourrait se traduire par un compatriote nommé Consul honoraire qui pourrait traiter les demandes les plus courantes. Ceci dit, notre Consule Générale en est consciente et y travaille ardemment avec toute son équipe! L'espoir dans "la bouteille à la mer" se résume dans notre pays et ses valeurs, véritable trait d'union entre ce jeune palestinien et cette jeune franco-israélienne.
La détermination de ses 2 jeunes adultes sera plus forte que les lignes politiques de leur Etat respectif...
"Rien n'est simple entre nous mais ça ne veut pas dire que tout est impossible! Inchallah!"
Au yeux du monde entier, la France porte l'espoir de paix et d'amour mais certains responsables ne sont malheureusement pas à la hauteur des valeurs qui la caractérisent!
Ma visite à Damas et la vision de ce film m'ont inspiré ces quelques notes.
Mon engagement auprès des francais m'offre la chance de ces rencontres mais si celles-ci m'enrichissent énormément, je me dois et je leur dois d'améliorer leur quotidien...

DIMANCHE 2 FEVRIER 2014 - Pourquoi je participerai aujourd'hui au Rassemblement Manifpourtous à Beyrouth:

Pourquoi je participe aujourd'hui au Rassemblement Manifpourtous à Beyrouth :
Tout d'abord, je clarifie ma position sur le mariage homosexuel : même si j'ai combattu l'année dernière ce projet de loi en organisant avec mes compatriotes plusieurs rassemblements à Beyrouth, cette loi a aujourd'hui été adoptée et je respecte les règles Républicaines sans aucune ambiguïté ! Donc ce sujet est aujourd'hui pour moi définitivement clos en me rangeant derrière la loi.
Je serai à 15H30 devant l'Ambassade de France rue de Damas :
-parce que je ne supporte plus l'évolution et l'orientation des valeurs familiales dans mon pays. Le gouvernement banalise ces valeurs en familiarisant toutes les orientations sexuelles et que même si je respecte, accepte, comprends l'homosexualité, je souhaite que la famille reste naturellement issue d'un papa et d'une maman.
-parce que je suis contre le futur projet de loi sur la famille, je suis contre la PMA, la GPA...quelque soit l'évolution des mœurs sur notre planète depuis la création de l'être humain, une évidence s'impose : un enfant sera éternellement constitué grâce un homme et une femme et aura besoin pour sa construction de son papa et de sa maman ! Et même si la majorité des médias, beaucoup d'artistes et malheureusement beaucoup de responsables politiques banalisent cette évidence : je combattrai et défendrai cette loi au nom du droit de l'enfant.
-parce que je suis choquée par la « théorie du genre » décidé par le Ministre de l'Education Nationale Vincent Peillon, par l'abécédaire de l'égalité qui souhaite casser le cliché soi-disant bourgeois qui caractériserait un garçon et une fille ! Mais où va-t-on ?????????Que vient faire l'école sur ce terrain ? Donc, pour l'éducation nationale, il faut remettre en cause les orientations naturelles qu'une petite fille aime le rose et qu'un petit garçon préfère le foot à la danse !!!!!!!! Quelle honte !!!!! Je précise que petite fille, j'adorais jouer à la poupée Barbie mais aussi aux voitures, que je portais des pantalons sans avoir besoin que ma maîtresse me fasse une leçon en m'obligeant presque à penser que « Si tu es une fille mais tu devras conduire un tracteur, t'habiller en pantalon et faire du judo !!! »... du grand n'importe quoi !!!
-parce que j'ai aussi été choquée par un amendement adopté il y a quelques jours dans l'indifférence la plus totale qui consistait à supprimer du droit français le terme « bon père de famille » souhaité par les élus d'Europe-Ecologie-les Verts. Leurs arguments : expression désuète qui rappelle une tradition patriarcale... Alors, non nous ne sommes pas extrémistes, bourgeois, archaïques comme les médias et le gouvernement communiquent !!! Monsieur Valls, vous annoncez aujourd'hui dans le JDD ne pas tolérer d'éventuels débordements aujourd'hui à Paris ou à Lyon ! Et bien, nous non plus et au lieu de menacer et de vouloir faire croire que les débordements viennent des manifestants, moi j'en appelle à vos responsabilités. Vous êtes ministre de l'intérieur et c'est votre devoir de protéger les manifestants pacifiques démocrates et qui représentent majoritairement des familles !
Assez ! Au lieu de parcourir la France pour soutenir les listes municipales PS au frais de la République et de parcourir les plateaux de TV, restez un peu dans votre bureau, travaillez sur notre sécurité et s'il vous plait : TAISEZ-VOUS !

JEUDI 9 JANVIER 2014 - Françaises mariées avec un libanais et vivre au Liban: courageuses?

Françaises mariées avec un libanais et vivre au Liban :
Avant de retrouver mes compatriotes lors du brunch mensuel de Beyrouth Accueil, je me penche vers la situation partagée par beaucoup d'entre nous ayant fait le choix de nous installer dans le pays d'origine de nos conjoints malgré la situation politique.
Je vais écrire ces quelques lignes au féminin, d'abord parce je suis une femme et parce que je pense que nous sommes majoritairement des femmes mariées à des libanais.
D'abord, nous avons vécu l'incompréhension, voire la panique de nos familles... si celles-ci ont très agréablement accueilli nos moitiés au sein de la famille, le jour où nous leur apprenons le grand pas : celui de partir vivre au Liban... ça coince mais le pas se fait...
Puis, l'installation s'organise avec des expériences plus ou moins réussies et différentes mais nous vivons une situation commune : la galère du containeur : le retard, le blocage puis la « miraculeuse » délivrance...
Après, pour certaines, les problèmes d'école... d'inscriptions... Mais bon, j'en arrête là avec les détails d'installation.
Va commencer un véritable paradoxe souvent incompris par nos familles et amis en France. Cependant, je fais une différence entre ceux qui sont déjà venus au Liban nous visiter et les autres. Car un seul voyage au Liban explique le paradoxe de vivre dans un pays et surtout une région en feu et d'avoir une vie quotidienne très agréable.
Oui, la situation politique du Liban est mauvaise.
Oui, des explosions surviennent, des bombes tombent dans certaines régions libanaises, des attentats s'enchaînent, des armes abondent, des enlèvements existent... oui, oui, oui MAIS...
Mais paradoxalement, nous vivons heureux au Liban.
La 1ère raison est que nous sommes influencées par les réflexes du peuple libanais ; une bombe, un attentat et le pays s'arrête (SMS, TV, retour à la maison) mais pour seulement quelques heures... dès le soir même les quartiers et restaurants sont pleins : la vie reprend le dessus !
La 2ème raison est que nous sommes gâtées : le soleil brille près de 300 jours par an nous offrant ses plages et ses pistes de ski ; la gaieté et l'engouement des libanais pour la fête nous enthousiasment quotidiennement ; la relativisation des libanais sur ce qui est pour eux grave ou non nous change un peu notre nervosité ( qui ne s'est pas énervée sur un RDV aux abonnés absents et l'incompréhension au téléphone face à votre crise de nerf ??) ; la présence d'aides dans nos maisons ; la gentillesse des libanais ; les sourires permanents de tous ces travailleurs étrangers qui nous facilitent la vie quotidienne ... la liste peut continuer mais justement...
Justement parce que nos maris nous voient épanouies, heureuses, je souhaite souligner aussi un courage souvent silencieux.
Alors, notre courage se trouve ailleurs...
Culturellement, nous avons un besoin vital de travailler et c'est souvent difficile pour nous étrangères. Au mieux, nous parlons quelques mots libanais mais beaucoup d'entre nous ne sont pas arabophones et nous ne lisons pas l'arabe... Ainsi, il devient très dur de trouver un emploi local. Et même si nous trouvons, notre salaire ne dépassera guère 1000 $ et comme nos enfants rentrent de bonne heure de l'école, le calcul se fait vite.
Aussi, même si, nous avons beaucoup d'amis libanais et bien sûr français, si par malheur certaines vivent la séparation, la solitude arrive vite, très vite et qu'évidemment, les branches auxquelles nous pouvons nous raccrocher sont peu nombreuses... Barrage des lois, de la langue, des institutions majoritairement hostiles aux étrangers...
Ces 2 constatations méritent d'être soulignées particulièrement auprès de nos conjoints qui ne comprennent pas toujours nos états d'âme;
Parce que je travaille auprès des français et que je vis beaucoup de situations complexes, même si personnellement, j'ai réussi mon adaptation libanaise parce que j'ai trouvé un équilibre merveilleux avec mon travail qui m'épanouit pleinement, je souhaitais mettre à l'honneur ce courage que malgré tout nous avons eu par ce choix de vie et surtout mettre à l'honneur toutes ces françaises mariées à des libanais.

MERCREDI 8 JUIN 2011 - Fière d'être binationale

Depuis quelques jours, la présidente du Front National demande la fin de la binationalité. Nantaise d'origine, j'aurais pu me sentir bien loin de ce sujet, si mon destin ne m'avait pas fait épouser un libanais ! J'ai eu envie de témoigner car si après ce coup de publicité lancé, la presse réagit , elle choisit comme par hasard des exemples de binationaux dont je n'ai pas besoin de vous rappeler tant le paradoxe est permanent ! Et moi par exemple ? qu'en est-il ? française naturalisée libanaise ?
Tout d'abord, mon expérience est double. Elle concerne d'abord mon choix de m'expatrier, de vivre au Liban : choix qui pourrait paraitre difficile et qui a été chez moi si naturel tant la France est présente au Liban. Présente dans la vie quotidienne au Liban mais aussi présente dans le cœur des libanais.
C'est en quittant mon pays que j'ai compris à quel point et avec quel orgueil, j'étais fière d'appartenir à ma patrie la France et surtout je crois appartenir à un pays dont les valeurs Républicaines sont les meilleures au monde. Liberté, Egalité, Fraternité : 3 mots encrés dans mon quotidien.
Plusieurs affiches s'encadrèrent naturellement chez moi : la déclaration des droits de l'homme et du citoyen , la Marseillaise puis le drapeau bleu blanc rouge et le buste de Marianne !
Oups... dois-je préciser que je partage évidemment toutes ces revendications avec mon mari libanais naturalisé... français !
Alors à quoi bon être naturalisée libanaise ???
Et bien ce pays n'est pas pour moi un pays de passage mais une 2ème patrie !
Jusqu'à ma mort, je vivrai entre ma terre de naissance et ma terre d'adoption.
L'une est en moi par les gènes, par ma culture par mon sang, par ma famille et mes amis.
L'autre s'est mêlée par l'amour, par l'enrichissement sans égal d'une autre culture , par ma belle-famille et par des amis!
L'une m'a apporté ces valeurs Républicaines qui circulent au plus profond de moi comme mon sang et que personne ne me volera, la valeur de la citoyenneté et le respect de la différence .
L'autre m'a appris à relativiser les vrais problèmes de la vie, à savoir apprécier chaque moment, chaque instant, à ouvrir ma maison sans crainte du prochain !
L'une m'a fait un peu oublier les valeurs familiales alors que l'autre me donne des leçons de bonheur tous les jours !
Et je pourrais continuer...
Mon ami Sénateur des Français établis hors de France , Christophe-André Frassa disait que la double nationalité est une des valeurs qui fondent la République française. D'ailleurs sur les 2 500 000 français de l'étranger, la moitié sont des bi-nationaux !
Quelle richesse pour la France !
Ma binationalité m'a ouverte sur le monde et au lieu de monter les français les uns contre les autres, au lieu de faire peur aux français de métropole en stigmatisant toujours les mêmes étrangers, profitons de cette richesse de notre patrie. Cette double nationalité traduit peut-être une connaissance de 2 cultures, de 2 langues. Et alors ? Pourquoi avoir peur ?
Ne nous replions pas sur nous-mêmes !
Ceci n'empêche qu'il faut être le plus ferme possible sur les mesures de naturalisation, j'en suis clairement adepte !
Et puis, il y a le fruit le plus cher de ma binationalité : mes enfants ! Ils sont l'union de 2 pays, 2 cultures, 2 terres, 2 peuples, 2 langues. Souvent l'on pose cette question à mes enfants ou à moi-même: tu préfères la France ou le Liban ?
Et bien, comme disait Jean-Pierre Raffarin lors de son passage à Beyrouth, nous n'avons pas envie de répondre, tout cela fait parti de notre ADN !!
Fabienne Blineau

Fermer
Fermer